Actualités

Le processus d’appel consolidé pour Haïti est revu à la baisse

2012-07-24 22:21:52 Le processus d’appel consolidé (CAP), qui permet au gouvernement et aux partenaires nationaux et internationaux de répondre aux besoins humanitaires urgents et prioritaires des populations vulnérables haïtiennes, est ce mois revu à la baisse. Des 128 millions de dollars américains sollicités aux bailleurs, seulement 47,7 millions ont été obtenus, a regretté le coordinateur humanitaire de l’ONU dans le pays, Nigel Fisher, lors d’une présentation à la presse ce mardi au Centre d’opération d’urgence nationale, en présence de la ministre Rose Anne Auguste déléguée aux droits de la personne et à la lutte contre l’extrême pauvreté. Vu les besoins urgents d’intervention, il reste 80 millions à trouver, a indiqué M. Fisher.

Le CAP est un programme humanitaire de financement de coordination et de planification des besoins de la population haïtienne.

Ceux-ci consistent notamment en la gestion des camps, relocalisation des sinistrés, assistance et prévention du choléra, préparation et réponses aux saisons cycloniques, abris, traitement d’eau potable, assainissement, éducation et en malnutrition, morbidité infantile.

« Avec le niveau de financement actuel de l’Appel consolidé, la communauté humanitaire ne sera pas en mesure, a prévenu le coordinateur humanitaire de l’ONU dans le pays, Nigel Fisher, coordonnateur humanitaire de l’ONU dans le pays de fournir le soutien nécessaire et adéquat au gouvernement haïtien pour la préparation à la saison cyclonique et la réponse au choléra et au tremblement de terre. »

Dans le domaine du traitement du choléra et de déplacement de sinistrés, des progrès ont été enregistrés, à en croire Johan Pleleman. Le choléra est en nette régression. « Mais des dizaines de milliers de personnes en sont encore atteintes. Les régions les plus touchées sont l’Artibonite et l’Ouest, où il y a plus de cas de décès », a-t-il souligné. Le nombre de personnes vivant dans les camps atteint la barre de 400 000, la majorité vit dans la région métropolitaine de Port-au-Prince. Il s’agit, selon Niger Fisher, d’une diminution de 75% par rapport au pic de déplacements en juin 2010.
Il faut des financements pour la gestion du choléra, des maladies transmissibles, a défendu Nigel Fisher, pour la mise en place et le renforcement des services sociaux de base (l’eau potable, l’assainissement) et la préparation aux saisons cycloniques pour la fin de 2012 au profit des couches les plus vulnérables. Haïti reste, a rappelé Nigel Fisher, un pays vulnérable.

« Aujourd’hui, nous avons besoin de manière urgente du soutien continu des populations et des gouvernements du monde entier, a plaidé le coordinateur humanitaire de l’ONU dans le pays, pour aider les personnes désespérément dans le besoin et pour redonner l’espoir aux familles et aux communautés dont les vies et les moyens de subsistance ont été perturbés par des catastrophes naturelles, les épidémies et la faim. »

La ministre Rose Anne Auguste, qui a pris la parole au nom du Premier ministre Laurent Salvador Lamorthe, a souligné « l’importance particulière que le gouvernement de la République attache à l’appel consolidé en tant qu’outil de mobilisation de fonds pour les différents secteurs humanitaires prioritaires, compte tenu de la situation de précarité et de vulnérabilité chronique dans laquelle se débattent les couches majoritaires du pays ». La ministre Auguste a tenu à rappeler que le gouvernement entend affirmer l’autorité de l’État et encourager la coordination, la synergie dans les actions des ONG et organisations internationales intervenant dans le pays, lesquelles doivent s’inscrire dans la lignée de ses axes prioritaires de développement du pays et de service à la population.

La refondation d’Haïti et le « développement de long terme », a réitéré la ministre déléguée aux droits de la personne et à la lutte contre la pauvreté extrême, demeurent une priorité de l’administration Martelly/Lamothe. Ce, pour sortir le pays graduellement de l’assistanat. « En l’occurrence, il s’avère que seul un partenariat, a précisé Rose Anne Auguste, solidement articulé autour des axes stratégiques établis par le gouvernement, permettra d’engager Haïti sur la voie du développement durable. »

FacebookTwitterGoogle+EmailLinkedIn


Tous les Actualités

Primature République d'Haiti

©2017 Primature République d'Haïti - Tous droits réservés