Actualités

ONI se renforce en attendant les élections

saint_cyr copy

« Quelque 6 millions d’Haïtiens sont présentement enregistrés dans les bases de données de l’Office national d’identification (ONI) », a révélé le directeur général de cette institution, Jean-Baptiste Fils Saint-Cyr, qui a présenté lundi les grands axes d’un projet visant à renforcer les capacités de l’office. Il en a profité pour annoncer la reprise de la production des cartes et les perspectives de l’ONI.

« Je veux annoncer au public que nous reprenons la production des cartes à grande échelle comme avant, a dit Jean-Baptiste Fils Saint-Cyr, présentant les grands axes du projet de modernisation de l’ONI. En ce sens, nous invitons tous ceux qui avaient un dossier en attente à l’Office à passer au bureau où ils ont fait leur demande pour faire réactiver son dossier. »

Selon le directeur général, le projet de modernisation, qui en est à la phase conceptuelle, s’échelonnera sur 15 mois et sera financé par le Venezuela à hauteur de 40 ou 50 millions de dollars. « Ce financement entre dans le cadre d’un accord de coopération que le Venezuela octoiera en dix versements… »

Parmi les grands axes du projet figurent, entre autres, l’utilisation des parmobiles en lieu et place d’ordinateurs et d’autres composantes, l’interconnexion des bureaux, la mise en place d’un centre et d’un dépôt de données ainsi que l’identification des Haïtiens vivant à l’étranger.

« Nous allons changer nos équipements pour du matériel beaucoup plus moderne et beaucoup plus performant, afin d’augmenter notre capacité de production et de servir les Haïtiens vivant dans les endroits éloignés du pays, a déclaré M. Saint-Cyr lundi à la Primature. Nous produisons actuellement 8 000 cartes par jour. Avec ces nouveaux équipements, nous passerons prochainement à 16 000 par jour. »

Le titulaire de l’ONI a indiqué que pour répondre à l’exigence de la Constitution amendée qui reconnaît aux Haïtiens vivant à l’étranger le droit d’avoir une carte d’identification nationale (CIN), des bureaux seront installés sous peu dans tous les consulats à l’étranger. Il a également annoncé que tous les bureaux de l’institution seront interconnectés. « Une fois qu’une personne est enregistrée dans la base de données, a-t-il poursuivi, n’importe où est-ce qu’elle se trouve, nous recevrons immédiatement ses données dans tout le système. Contrairement à la façon dont nous procédons actuellement, où il faut aller chercher les données avec un disque dur pour ensuite les installer dans le système. »

Le numéro un de l’ONI donne la garantie qu’avec ce projet, il sera plus facile pour une personne de se faire émettre le précieux document qui lui permettra notamment de voter, de faire des transactions bancaires, d’obtenir un passeport et de s’identifier. « Nous avons démystifié la question, s’est-il enorgueilli. Nous avons 142 bureaux à travers tout le pays donnant un service de 8h à 4h. Je conseille aux citoyens d’aller faire leur carte parce que nous n’accepterons aucun prétexte faisant croire qu’il n’y a pas de bureau pour se faire enregistrer, a ajouté M. Saint-Cyr, notant que la loi prévoit une amende de 500 gourdes pour toute personne arrêtée n’ayant aucune pièce d’identification. « L’Etat donne la carte gratuitement, si vous ne la faites pas, vous n’êtes qu’un délinquant et vous devez être traité en tant que tel… »

Par ailleurs, l’un des principaux attributs de l’ONI, c’est de fournir au Conseil électoral la liste des personnes qui peuvent participer (voter) aux élections. En ce sens, le directeur général a fait savoir qu’un plan de contingence est en préparation en vue d’arriver à cette fin. « Nous augmentons nos équipements et notre personnel afin de faire face à cette réalité. Nous avons mis en place une cellule d’urgence qui travaille même le week-end pour traiter les cas spéciaux. »

En outre, le directeur a fait savoir que l’institution, après huit ans d’existence, a fait beaucoup d’expériences. « De sa création en 2005 jusqu’à 2012, c’est l’Organisation des Etats américains (OEA) qui a eu presque toute la responsabilité dans le processus de fabrication de la CIN. C’est comme si elle était nous (les Haïtiens) et nous étions elle (l’OEA). Mais de juin 2012 à nos jours, la tendance a changé. Maintenant, nous imprimons les cartes en Haïti et nous faisons appel à l’OEA seulement en cas de besoins techniques », a-t-il dit, annonçant que l’Office devra aussi renouveler des lots de cartes émises en 2005 et qui arriveront à expiration en 2015.

Encadré 1:
Le PARmobile est un appareil à la fine pointe de la technologie, portable et robuste, conçu dans le but de simplifier les processus de collecte des informations biographiques et biométriques et de vérifier l’identité des personnes en tout lieu. Cet appareil peut être utilisé dans des projets à grande échelle, tels que le registre d’Etat civil ou le registre électoral, le système d’identification nationale et de contrôle de l’immigration.

Bertrand Mercéus
Le Nouvelliste | Publié le : 17 septembre 2013

 



Tous les Actualités

Primature République d'Haiti

©2019 Primature République d'Haïti - Tous droits réservés